Pouic-pouic a aimé

Nos derniers coups de coeur

Comme une princesse, Brigitte Minne, Merel Eyckerman

Marie a beau avoir une robe rose à paillettes et un papa qui l’appelle « ma princesse », ses lunettes et ses dents tombées la font douter d’en être vraiment une. Mais une virée en ville avec son papa va la convaincre que les princesses n’existent pas que dans les livres : une coiffeuse aux mains délicates est une princesse même si elle a un bec-de-lièvre et une pâtissière aux formes généreuses ne peut en être qu’une au vu des délicieux gâteaux au chocolat qu’elle confectionne. Ouvrons les yeux, le monde autour de nous est rempli de princesses!

Fanny

La tarte aux fraises de Jules Lapin, Donatienne Ranc, Ann Dieryck

Jules, son petit panier en main, part à la recherche d’ingrédients pour confectionner une bonne tarte aux fraises. Mais la nature n’est plus aussi généreuse qu’avant : le Grand Marché Carré Bétonné a tout raflé! Enfin pas tout à fait, puisque le petit lapin, qui n’a besoin de presque rien, parvient quand même à bout de sa cueillette.  Une belle histoire toute simple et bien illustrée sur fond de critique à ce que nous enlève l’agriculture industrielle.

Fanny

SDK, Serial Dog Killer, Guillaume Lecasble

Qui est donc ce Sérial Dog Killer qui sévit à San Francisco ? Un chouette roman façon polar, drôle et sarcastique où il est question des dérives autour des animaux domestiques, des ravages à confondre son animal de compagnie et son enfant, du grotesque de vouloir attribuer aux animaux des comportements humains mais aussi des liens entre les hommes, de l’amour ou encore de la société consumériste. Bref, une bonne satire à savourer sans parti-pris.

Claire

La famille Belonore, Philippe Carrese

Le dernier ouvrage de Philippe Carrese, décédé en 2019, ponctue une œuvre immense débutée à Marseille avec une série de romans à la fois doux, drôles et légers. Cette saga italienne est un régal! On suit l’histoire d’une famille, d’un village de Lombardie, l’exil à Marseille à travers l’histoire du 20ème siècle.  L’écriture est dense et on est happé par cette histoire foisonnante. Il est question aussi du destin, de la condition des femmes, de la filiation, du tragique, bref de tous les éléments qui font un bon roman .

Claire

Pourquoi les hommes fuient ?  Erwan Larher

Jane est seule et libre depuis la mort de sa mère. Hyper connectée, elle court dans la vie qu’elle croit maîtriser, une vie faite de petits boulots et de rencontres éphémères. Le hasard la met sur la piste d’un père qu’elle n’a jamais connu. Un musicien d’après sa mère qui n’a pas voulu en dire plus. Elle est drôle Jane, avec son langage cru, son énergie  et sa façon de décrypter le genre humain, aller au-delà des conventions. Sa narration est entrecoupée de celles de deux hommes, (des pères possibles?) qui ont fui, l’un pour voler vers la gloire, l’autre pour se retirer de la société après la dissolution du groupe de musique qui avait fait leur gloire On progresse dans le livre avec de plus en plus de plaisir parce que sous l’apparence trash de la jeune fille se cachent de vraies valeurs. Il y est finalement question de solidarité, d’entraide, de gentillesse, d’amour. Par ce livre, Erwan Larher a tenté d’explorer la soi-disant lâcheté des hommes. Lâcheté ou refus de vivre dans une société violente? De plus, quoi de mieux qu’un homme sensible, plein d’humour et musicien pour parler des hommes ?

Claire

Lady, ma vie de chienne, Melvin Burgess

Encore une fois, Melvin Burgess nous bouscule (Billy Elliot, Junk, Kill all ennemies…). Sandra a 16 ans et elle fait n’importe quoi de sa vie : garçons, nuits blanches, drogues, alcool… et du jour au lendemain, elle se retrouve transformée en chienne. C’est elle qui raconte sa nouvelle vie, ses peurs, son désespoir mais aussi des sentiments nouveaux comme  la liberté absolue…. C’est décapant, parfois très cru, mais l’auteur a un talent incomparable pour décrire ce qui passe dans notre tête quand on traverse l’adolescence. C’est très vrai, ça sonne juste et ça fait réfléchir. C’est déjà pas mal, non ?!

Laure

Demain c’est le beau monde, Ahmed Kalouaz

Magnifique roman sur l’amour, le souvenir, la maladie d’Alzheimer qui détruit tout. C’est l’histoire de la narratrice qui vient de laisser son époux dans un centre médicalisé et part quelques jours, se ressourcer, à la recherche de son bonheur passé. Elle arpente les lieux de son amour pour en reconstruire le souvenir quand Alzheimer déconstruit ceux de son mari. Certains passages sont à lire à voix haute tellement l’écriture y est poétique, sensible, au cœur de l’émotion.

Laure

 

Les Indes fourbes, Ayrolles et Guarnido

C’est l’histoire rocambolesque de Pablos de Ségovie aux Indes d’Amérique, une histoire qui comble un vide laissé par Francisco de Quevedo, au XVIIème siècle, qui avait promis à ses lecteurs un second volet à son roman picaresque « L’Histoire de la vie de l’aventurier Don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous ».
C’est une très belle BD, dans un format géant, un très bel objet, volumineux et enchanteur. On plonge avec délice dans une narration ingénieusement construite, avec de multiples rebondissements et des dessins sublimes. Les traits des personnages sont caricaturaux mais les expressions sont pleines de finesse ; il y a de vraies trouvailles visuelles, des « trucs » sur lesquels il faut revenir. On lit les Indes fourbes en agitant les pages, en feuilletant à rebours cet album magistral parce qu’on s’est fait piéger, comme celui à qui se confie Pablos dans l’histoire. Trois chapitres qui fourmillent de détails et nous instruisent sur l’état du monde à l’époque de l’histoire. C’est original, drôle, grinçant, émouvant aussi. C’est génial ! Une super idée de cadeau !!!

Laure

Août 61, Sarah Cohen-Scali

Comme toujours, Sarah Cohen-Scali nous a concocté un roman qui donne à réfléchir sur l’Histoire, le devoir de mémoire, la nécessité du souvenir. Un nouveau roman qui se situe dans la lignée de Max et d’Orphelins 88. Mais qui sont ces différentes voix qui parlent et interrogent Ben, le protagoniste ? Grâce à elles, le lecteur reconstruit au fur et à mesure le passé de Ben dont la mémoire a été dérangée par Al (Alzheimer) qui s’en est pris à ce rescapé des camps qu’on retrouve en plein jour, perdu, ne sachant où il est, qui sont les gens qu’il croise… C’est instructif, saisissant, captivant et finalement, indispensable !!!

Les Voyages de Cosme K, Philippe Gerin

Magnifique roman, poétique, envoûtant, dépaysant et mystérieux ! On suit le jeune Cosme K, personnage solaire, incapable de s’attacher,  fuyant son enfance, depuis la Norvège jusqu’à Singapour en passant par le lac Baïkal. Chaque étape est un dépaysement et un pas de plus franchi dans la découverte de cet être mystérieux sur les traces duquel son frère s’est lancé, rencontrant ceux qui ont croisé sa route, ceux qui ont vu leur vie bouleversée par l’intrusion de ce jeune homme insaisissable…

L’auteur sera au magasin le vendredi 24 janvier 2020 à partir de 19h pour rencontrer les lecteurs et dédicacer son ouvrage !!!