Pouic-pouic a aimé

Nos derniers coups de coeur

Histoires de la nuit, Laurent Mauvignier 
Les édition de minuit

Histoires de la nuit est à la fois un roman social, un roman noir et un thriller. Méfiez-vous ! Si vous lisez les deux premières pages, vous risquez d’être happé… C’est presque un huis-clos. L’action est resserrée sur quelques heures d’une fin de journée et un début de soirée dans un hameau perdu de trois maisons comptant quatre personnes. Cela aurait pu être une banale soirée d’anniversaire pour Marion, sa fille Ida, son mari Patrice et leur voisine Christine mais cette soirée va bouleverser le cours de leur existence. Il faut quelques pages pour s’imprégner du rythme des phrases, (on pense aux circonvolutions des phrases de Marcel Proust) comme une course à pied où il faut caler son souffle, puis le rythme s’accélère et la tension psychologique se fait oppressante ! C’est redoutablement bien écrit, chaque mot est pesé, à sa place, la psychologie des personnages est très fine, très juste ; on passe des pensées de l’un aux pensées de l’autre, on comprend au fur et à mesure les démons de chacun, leur histoire. C’est dense, intense, captivant, obsédant même (attention aux réveils nocturnes….). On ne voit pas passer les 634 pages. Une vraie réussite !!!

French exit, Patrick Dewitt, Actes Sud

Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Quel drôle de couple mère-fils forment Frances et Malcolm ? Et quel va être le rôle de ce chat au nom étrange, Small Frank, présent dès la 1ère de couverture ? Telles sont les questions que l’on se pose au début de ce nouveau roman de Patrick Dewitt. C’est une histoire loufoque mettant en scène des personnages délirants, foutraques, à la repartie bien aiguisée, et à l’humour pince-sans-rire ; c’est un genre de tragédie de mœurs. C’est désopilant et dramatique à la fois, c’est un subtil mélange comme l’était précédemment Les Frères Sisters adapté magnifiquement au cinéma par Jacques Audiard. Certaines scènes sont vraiment cinématographiques. C’était divertissant, farfelu, original et drôle ! Bref ! Génial !!!

Sally Jones, Jakob Wegelius, Folio Junior

Si vous aimez les romans d’aventures, si vous aimez les rebondissements, les voyages, précipitez-vous sur ce livre de plus de presque 600 pages !!! Vous ne pourrez pas le lâcher !!! Les personnages sont originaux, ont une vraie épaisseur, vous vous ferez surprendre par cette histoire contée par Sally Jones, un gorille femelle mécanicien, sensible et intelligent. Sally Jones ne peut pas parler, bien sûr puisque c’est un gorille, mais elle comprend tout et sait aussi très bien se faire comprendre. Elle sait aussi lire et écrire et réparer à peu près tout : un accordéon, un moteur d’avion, une machine à écrire, un moteur de bateau… Sally Jones a toujours vécu parmi les hommes et a rencontré une fois la bonté, la vraie, celle de celui qu’elle appelle Chef et qui se retrouve accusé à tort de meurtre. Alors, pour le sauver, elle est prête à tout ! à remuer ciel et terre, à aller à l’autre bout du monde, à assumer tous les rôles, tous les postes… et à se retrouver dans des situations bien périlleuses… GÉNIAL !!!

Comme des sauvages, Vincent Villeminot, Pocket jeunesse

C’est le genre de livre qu’on ne peut lire que d’une traite tellement l’histoire est prenante et surtout surprenante (et c’est peu dire !)… Comme toujours, Vincent Villeminot déploie son talent pour camper des personnages vrais, riches, confrontés à des choix radicaux. Mais attention ! On frissonne, on a le cœur qui palpite, on grimace parfois de dégoût, on retient un cri… et surtout, surtout, on réfléchit. L’écriture est vive, rapide, puissante. Comme dans son précédent roman Nous sommes l’étincelle, l’auteur questionne notre relation à la nature, au monde animal, notre part de sauvagerie, de brutalité, nos choix de vies… C’est magistral !

L’Attrape-malheur, Entre la meule et les couteaux, Fabrice Hadjadj
La Joie de Lire

Coup réussi pour ce premier roman pour la jeunesse du philosophe Fabrice Hadjadj. L’Attrape-malheur, surnommé aussi le Môme-Même-Pas-Mal, c’est le jeune Jakob Traum, fils d’un couple de meuniers sans histoire, un gamin ordinaire doté d’un pouvoir extraordinaire. Il est à la fois invincible et peut absorber tous les maux qui touchent ceux qu’il aime. Il attire ainsi les convoitises et va se retrouver embarqué dans des aventures rocambolesques. Le tour de force de l’auteur est de nous offrir une histoire sombre en forme de conte à la Andersen – il y a du Charles Dickens aussi – de nous donner à lire un très beau roman d’aventures (un tome 1 !!!) illustré par le talentueux Tom Tirabosco et surtout de nous faire réfléchir!!! Il est ici question de l’ambivalence de l’amour qui n’est, hélas, pas toujours le plus fort, de personnages qui ne sont pas toujours ce que l’on croit qu’ils sont, de gentils qui sont capables de commettre le mal et de méchants qui laissent deviner leurs failles, leurs faiblesses…. C’est prenant, très bien écrit, très « conte » poétique, philosophique… On attend la suite avec impatience !!!

 

La Fuite du cerveau, Pierre-Henry Gomont, Dargaud

C’est une histoire connue : en 1955, quand Albert Einstein décède, le médecin légiste qui pratique son autopsie est assailli par une idée farfelue : dérober le cerveau du professeur pour l’étudier, en percer les mystères et devenir célèbre !!! La BD qu’en a tiré Pierre-Henry Gomont est un petit bijou d’humour qui contient de véritables pépites graphiques ! C’est une aventure rocambolesque avec pour protagonistes, le professeur Thomas Stolz, spécialiste de la « viande froide » (anatomopathologiste), la belle Marianne, chercheuse en neurologie qui étudie la plasticité corticale et bien sûr, Albert, condamné à porter un couvre-chef pour masquer le trou béant pratiqué dans son crâne de génie…. On y ajoute les gars du FBI, plus ou moins musclés du cortex, plusieurs scientifiques fous, des hordes de journalistes affamés et ça vous fait une vraie bonne BD divertissante et drôle qui souligne, une fois de plus, le talent de Pierre-Henry Gomont !!!

Les Dynamiteurs, Benjamin Whitmer, Gallmeister

Ça, c’est du roman noir !!! Plongez dans les bas-fonds de Denver, Colorado, 1895. Découvrez Sam, Cora et leur bande d’enfants des rues, tous orphelins, qui se serrent les coudes et luttent pour survivre, près des égouts à ciel ouvert,  entre bordels, tavernes mal famées, contre les « crâne de nœuds »… Les Dynamiteurs fait partie de ces romans qu’on ne peut pas lâcher tellement l’atmosphère y est tendue, les personnages attachants, les situations inextricables. C’est à la fois un roman palpitant par les actions qui s’enchaînent, les courses poursuite, les règlements de compte, les dialogues acérés et c’est aussi un vibrant hommage aux laissés pour compte, un témoignage plein de tendresse pour ceux qui sont à la marge, pour ces gamins qui luttent contre le monde des adultes qui dynamitent trop tôt, trop violemment, l’innocence, l’enfance… C’est beau, prenant, bouleversant ! A dévorer !!!

 

 

Silex, Stéphane Sénégas, Kaléidoscope

Silex, c’est un petit bonhomme surnommé « Trois pommes » qui va, pour en finir avec les moqueries des gros costauds (on est à la Préhistoire), prouver sa vaillance en allant chasser les plus gros dinosaures ! Le dessin est génial, les trombines des hommes de la préhistoire à pleurer de rire, la mise en page astucieuse et sous ses airs d’album rigolo, Stéphane Sénégas nous offre quand même un livre documenté sur les dino, certes, un peu rebaptisés, (pas de tyrannosaure, mais un « Mange-tout ») mais justes ! C’est une petite pépite !!!

 

 

 

 

 

 

 

 


Collection « Court toujours »
de Nathan

Nathan vient de sortir une nouvelle collection de 6 livres très courts, lus en moins d’une heure, et qui vaut le détour ! Ces textes abordent des sujets d’actualité qui parlent particulièrement aux lycéens (la cible = 15-25 ans) : harcèlement, sexualité, maladie, amitiés, embrouilles familiales… Sous la plume de bons auteurs tels que Vincent Cuvellier ou Florence Hinckel ces textes ont le mérite de s’adresser directement aux ados, avec leurs codes et leur langage.

Broadway, Fabcaro
Gallimard, coll. Sygne

Le nouveau roman de Fabcaro, toujours aussi diurétique ! Maîtrisez vos sphincters est une priorité ! Mais quelle imagination ce Fabrice ! Quel délire ! Et tout ça part d’une banale enveloppe bleue reçue un matin par le narrateur, Axel, 45 ans, qui tombe en apoplexie en comprenant qu’il s’agit d’un courrier de la Sécu pour son premier examen colorectal… Et il se démène, il rugit, il pleure aussi car c’est un examen obligatoire à partir de 50 ans !!! Que se passe-t-il ? C’est aussi bavard qu’un film de Woody Allen, aussi savoureux que le Guide du mauvais père de Guy Delisle et c’est, avant tout, du pur Fabcaro ! Avis aux amateurs !!!