Pouic-pouic a aimé

Nos derniers coups de coeur

Midi Pile ! Rebecca Dautremer

Il est bien difficile de trouver un qualificatif pour décrire la beauté de cet ouvrage en papier découpé… c’est une splendeur ! On replonge avec délectation dans l’univers de Jacominus Gainsborough et on se retrouve comme une enfant devant un spectacle de magie : à chaque page tournée, des éléments disparaissent et on avance dans le décor, les sens en éveil, nos yeux ébahis scrutant chaque détail… On suit cette petite voix qui nous parle, nous guide, nous interpelle depuis la première page, qui nous attend… à midi-pile !!! GRANDIOSE !!!!

Rebecca Dautremer était l’invitée de l’émission « Une journée particulière » de Zoé Varier sur France Inter le 13 octobre dernier.
https://www.franceinter.fr/emissions/une-journee-particuliere/une-journee-particuliere-13-octobre-2019

Les Imprudents, Olivier Bertrand

Passionnante enquête d’Olivier Bertrand sur les traces du très jeune Maquis Bir-Hakeim pendant la Seconde Guerre Mondiale, maquis « tout feu tout flamme », imprudent. L’auteur, journaliste, originaire d’Ardèche, nous emporte avec lui dans sa quête de l’identité de l’inconnu du massacre du hameau des Crottes dont il est originaire. C’est une histoire qui croise la sienne, dont il a toujours entendu parler et qui a été auréolée de mystères. Qui est cet inconnu ? C’est captivant, très documenté et nourri d’une réflexion sur le travail de collecte de l’information, de la légitimité à écrire l’Histoire à travers les histoires… C’est d’autant plus parlant que, pour peu qu’on ait grandi entre l’Hérault, le Gard, la Lozère et l’Ardèche, certains noms résonnent fort !

L’auteur sera à la librairie le vendredi 22 novembre pour rencontrer le public, répondre aux questions et dédicacer son ouvrage dont le succès ne décroît pas !

Charles à l’école des dragons, Alex Cousseau et Philippe Henri Turin

Venez vite découvrir ce petit dragon aux ailes immenses et aux pieds énormes  qui aime la poésie triste et qui ne s’exprime qu’en vers!!! Plongez dans cette série d’albums (Charles prisonnier du cyclope, Charles amoureux d’une princesse et Méchant Charles) aux dimensions incroyables, aux illustrations foisonnantes ! C’est original, plein de poésie, d’humour, plein de références littéraires aussi ! D’ailleurs, Charles, comme prénom, ça fait inévitablement penser à Baudelaire et ce dragon maladroit qui ne sait pas voler évoque l’Albatros, « ce voyageur ailé comme il est gauche et veule ! Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid ! »…

 

Un livre des martyrs américains, Joyce Carol Oates

« Le livre le plus important de Joyce Carol Oates » d’après Le Washington Post. Comme Jodi Picoult dans « Une étincelle de vie », Joyce Carol Oates s’attaque au problème de l’avortement aux Etats-Unis. Elle démonte les mécanismes qui ont conduits un père de famille à se croire investi d’une mission divine et  à tuer un médecin « avorteur ».  La question déchire le peuple américain et Joyce Carol Oates décortique, sans prendre position, la complexité du problème.

Starlight, Richard Wagamese

Franklin Starlight fermier dans l’Ouest canadien  mène une vie rude et solitaire. Il recueille Emmy et sa fille Winnie qui doivent fuir une existence sinistrée et bientôt, les plaies se referment. Véritable ode à la nature, ce livre a l’extrême avantage d’être édité aux éditions Zoé, qui, par la qualité du papier et de la typographie, rendent encore plus agréable la lecture de leurs ouvrages. On avait déjà adoré  « La voisine » de Yewanda Omotosa.

Substance, Claro

Formidable plaisir de lecture ! Par petits chapitre, on suit le monde vu par Benoît, orphelin recueilli par la Tante, qui a décidé de le remettre sur pied en lui concoctant des plats baroques et peu engageants. La Tante, dénicheuse de viagers, amène le jeune garçon dans les salles funéraires où Benoît prend très tôt contact avec la mort. Chaque chapitre est un délice d’écriture, mêlant humour et érudition, réflexions sur la vie, la transmission,  la mort.

Le petit livre rose du sérial killer, Tra’b

A la mort de sa maman (qu’il a tuée) Billy décide de tenir un  journal. Chaque jour ajoute son lot de crimes (sans faire exprès), de pensées (absurdes), de décisions (loufoques  et sanglantes). Irrésistiblement, horriblement drôle !!!!

 

Ceux que je suis, Olivier Dorchamps

Pas d’étiquette « Rentrée littéraire » ou « sélection prix littéraires» ici et c’est tant mieux !!! Premier roman plein de finesse, terriblement juste, pudique et profond. Marwan apprend qu’il a été désigné par son père qui vient de mourir subitement à 54 ans, pour accompagner sa dépouille à Casablanca. Marwan est français. Enfin, en France, il voudrait être français mais il toujours l’arabe de service, même auprès de sa petite amie. Au Maroc, il n’est pas fils du pays, il est français. C’est compliqué, jamais confortable. Et c’est Mi Lalla, sa grand-mère qui ne parle que très peu français qui va lui raconter l’histoire de sa famille, faite de lourds secrets, comme souvent dans les familles. Très belle histoire, comme le titre du roman. Poignant.

Les Vermeilles, Camille Jourdy

Et si on s’amusait à retomber en enfance ? La Petite Jo a une imagination débordante et un cœur tout plein de colère contre la nouvelle femme de son papa. Le temps d’une fugue, pendant les vacances, elle va rencontrer dans la forêt tout un tas d’incroyables créatures, dont les Vermeilles, espèce de poney-licornes. On ne la prend pas sérieux mais elle va réussir à destituer un vrai tyran effrayant et sortira de cette fabuleuse aventure grandie et le cœur apaisé… C’est original, joli, tout plein de couleurs, délicat et on n’est pas surpris de croiser les enfants perdus de Peter Pan…

Premier arrêt avant l’avenir, Jo Witek

Quand Léo prend le TGV pour Paris pour la 1ère fois de sa vie, direction la prépa dans le meilleur lycée de France, le lycée Henri IV, avec devant lui, un avenir brillant tout tracé, lui, fils de maçon portugais, il ne s’attend pas du tout à y rencontrer la fille qui va bouleverser sa vie, Olympe Sauvage… C’est beau, très beau, on a envie de revenir à cet âge où tout est possible, de faire un pas de côté, comme Léo pour suivre son instinct, pour une fois, pour sortir un temps d’un chemin balisé, d’arrêter de faire ce que les autres veulent qu’on fasse… Un roman puissant et intelligent ! Merci Jo Witek, encore une fois !