Pouic-pouic a aimé

Nos derniers coups de coeur

Le Monde dans la main de Mikaël Ollivier

Un roman jeunesse sensible, intelligent, terriblement bien écrit! Si bien écrit d’ailleurs qu’on s’y fait assommer par un terrible coup de massue, un élément inattendu (je n’y ai vu que du feu…) qui vous secoue, vous remue tout le dedans, vous inonde les yeux de larmes… mais c’est une ode à la vie, un rappel de la fragilité de l’existence et de l’indispensable nécessité de profiter de l’instant présent, chaque jour, chaque heure, minute, chaque seconde… Une réussite!!!

Les Peaux rouges d’ Emmanuel Brault (Prix Transfuge du 1er roman 2017)

Pris en flagrant délit en train d’insulter une étrangère à la peau rouge, Amédée Gourd, cariste dans une usine, est condamné à de la prison ferme. Mais il parvient à se faire transférer dans un centre supposé soigner les racistes. Aidé par les psychologues et les professeurs de chants humanistes, Amédée apprend à aimer son prochain. Mais l’amour suffit-il pour anéantir le racisme ? Roman tendre et loufoque sur un antihéros ordinaire.

Des animaux domestiques qui ont flairé le danger, repéré les grandes machines de fer venues les amener à l’abattoir. Solidaires, pleins d’humour ils cherchent à échapper à la cruauté des hommes, horribles carnivores… Très drôle et très efficace mais âmes sensibles s’abstenir ! On ne nous épargne pas des scènes à l’abattoir… de quoi devenir végétarien….

Un énorme coup de cœur pour ce 8ème roman de Denis Lachaud. Une famille marseillaise est un jour convoquée à la préfecture. Une enquête sur leurs origines familiales au vu de la modification de leur patronyme bien des années auparavant les place soudain dans une situation dramatique. Dès lors commence pour le fils aîné une longue cavale pour échapper aux purges mises en place par le gouvernement. L’écriture est précise, les chapitres, courts, donnent un rythme haletant au récit. Histoire d’appartenance, de ségrégation, de migrations à lire sans attendre et relire pour réfléchir sur les préjugés et les jugements arbitraires.

Un très joli petit roman (à partir de 8 ans) plein de tendresse et d’intelligence. Une belle histoire de rencontre entre Romane et Roman ) Saint-Roman. Sur un temps très court, celui d’un été, l’auteur, avec son talent habituel, y dépeint des sentiments très forts qui peuvent bouleverser aussi bien les enfants que les adultes!

 

Une BD pour tous âges qui met en scène une fillette, Addidas et son père Julius, veuf, ramoneur de son état. Addidas aide son père en se faufilant dans les tuyaux les lus étroits. Elle est atteinte d’un mal étrange. Elle s’évanouit régulièrement mais de plus en plus longtemps. Portée par l’amour inconditionnel de son père, poussée par sa grande curiosité et sa générosité extrême, elle va découvrir un monde étrange, habité par des créatures qui manipulent des « machines » qui semblent diriger les humains… Une très belle histoire, poétique et originale, pleine d’amour, de bienveillance, d’humour.

Un vrai coup de cœur ! Guillaume Apollinaire aurait sans doute adoré ! L’auteur y rêve de faire rimer « abattoir » avec « foutoir », « crevette » et « esperluette », « usine » et
« Mélusine ». Un premier roman écrit comme un grand poème en vers livres ou un journal de bord d’une vie d’intérimaire partagée entre une conserverie de poissons et un abattoir. C’est vrai, authentique et beau ! Bravo !!!

Les Gens normaux de Michaël Escoffier et Laure Monloubou
Zita, à qui un garçon de l’école a dit qu’elle n’était pas « normale » mène très sérieusement une enquête pour découvrir ce qu’est la normalité… Des personnages très expressifs, une mise en page réussie pour une découverte vraiment très inattendue !!! A lire absolument avec ses enfants ou ses petits enfants !!!

Grégoire et le vieux libraire de Marc Roger chez Albin Michel : une lecture facile, une écriture simple, fluide et une histoire drôle et tendre ! On plonge avec délectation dans cette rencontre entre Grégoire, 18 ans, ASTTF, « apprenti sans technique à tout faire » à l’EPHAD Les Bleuets et un vieil homme, Joël Picquier, ancien libraire, condamné par la maladie de Parkinson à une déchéance inéluctable et rapide. Il y question d’amitié, d’amour, de corps, mais surtout de lectures et du bonheur d’être dans ce temps suspendu. Un vrai bon moment de lecture !!!

 

Trois albums de Sylvain Victor aux éditions Thierry Magnier, pour les enfants à partie de 3 ans : simple, efficace et TRES DRÔLE ! Les personnages se croisent d’un album à l’autre, par hasard, mais interagissent chacun dans l’histoire de l’autre. Ce trait de caractère qui caractérise d’emblée Brigitte, Michel ou Lulu est discuté presque à chaque page. Tout est une histoire de point de vue et d’interprétation…