Requiem pour une apache, Gilles Marchand
Aux Forges de Vulcain

L’Apache c’est Jolène, une fille quelconque, surnommée ainsi parce qu’elle choisit inlassablement le même titre dans le jukebox de l’hôtel de Jésus.  Jésus, il accueille tous les cabossés de la vie, sans poser de questions. Un couple de taulards, un ancien catcheur, un chanteur has-been, une VRP en encyclopédies, tous vivotant dans la médiocrité des existences subies. Le jour où un employé du gaz manque de respect à Jésus, Jolène, qui avait déjà refusé la hiérarchie oppressante du supermarché où elle était caissière, décide ce jour-là « que nous ne serions jamais des moins-que-rien ». Dès lors les évènements s’enchaînent, pots de terre contre pots de fer, poètes contre administration, loosers contre l’autorité. Les personnages ne sont pas sans rappeler ceux de la tribu Malaussène de Daniel Pennac. L’humour, la fraternité, la simplicité, l’humanité, la poésie en font la matière. De Gilles Marchand, on avait déjà aimé Un Funambule sur le sable, l’histoire d’un garçon qui avait un violon dans la tête, violon qui jouait aux rythmes de ses émotions.

Un vrai plaisir de lecture !

Leave a Reply