Walter Kurtz était à pied, Emmanuel Brault

De cet auteur, on avait déjà aimé Les peaux rouges, cette fable déroutante et pleine d’humour qui met en scène un antihéros comme on en voit si peu dans les livres, et si souvent dans la vie : Un raciste ordinaire Pour son 2ème roman il sort du réel pour imaginer un monde où vivent en parallèle les Roues et les Pieds. Les premiers vivent en voiture et roulent pour vivre, sans discontinuer, sauf pour consommer avec les points acquis en roulant. Les seconds, apparaissant près des routes comme des fantômes d’un autre monde, n’ont pas accepté de prendre le volant et de devenir esclaves de ce système de consommation. Ravalés au rang de primitifs voire même d’animaux, ces gens-là finissent fatalement écrasés et démembrés par les bolides  Dany et Sarah, des enfants de Roues vont connaître l’autre monde après un accident qui coûta la vie à leur père. Sarah va adhérer à leurs pratiques et Dany va tout tenter pour la « sauver ». Pourtant, rien de manichéen dans ce roman, ni les Roues ni Les Pieds ne sont  la société idéale. Passionnant ! Deuxième essai réussi, un auteur à suivre !

 

Leave a Reply