Si belles en ce mouroir, Marie Laborde

Décidément, les éditions François Bourin ont le don pour dénicher des pépites d’humour!!! C’est assurément un vrai bon moment de lecture : on rit, on y a aussi des petits pincements au cœur tellement le quotidien des pensionnaires et des personnels d’Ehpad y est croqué avec réalisme. Alexandrine Dumas, 85 ans, est en convalescence dans l’établissement Biarritz Bonheur, et s’y est liée d’amitié avec Marie-Thérèse, sémillante centenaire et Gisèle, surnommée Grandpied, insupportable pipelette qui se mêle toujours de tout. Elles ont le sens de la repartie quand il s’agit de moucher les vieillards qui réclament qu’on leur embrasse la « flûte à bec »… et sont pleines de ressources quand il est question de vengeance… C’est drôle, tendre, bien écrit. C’est un chouette moment de lecture !

Leave a Reply