Il est juste que les forts soient frappés, Thibault Bérard

Premier roman. Coup de poing. Le genre de lecture dont on ne sort pas indemne. C’est bouleversant. On est happé par cette histoire, fasciné par ce mélange de tons, par ces nombreux passages du rire aux larmes, par la finesse, la délicatesse avec laquelle l’auteur a su dépeindre les instants de grâce de cette existence traversée par le drame du cancer. On ne saurait mieux décrire ce combat contre le désespoir, la force de l’amour, jusqu’au bout. C’est terriblement juste, ça vous remue les tripes, vraiment, et vous prenez la mesure de la chance que vous avez d’être vivant…

Leave a Reply