Une santé de fer, Pablo Casacuberta

Une journée délirante dans la vie d’un hypocondriaque… Tobias, la cinquantaine, vit chez sa mère, une veuve spirite et cherche avec elle à communiquer avec ce père colonel qu’il n’a pas connu. Convaincu une fois de plus qu’il va mourir dans l’heure, Tobias se rend chez son homéopathe, le docteur Svarsky. Cette journée suffit pour bouleverser sa vie. Dans ce troisième roman, l’écrivain uruguayen Pablo Casacuberta retrouve avec bonheur son type de personnage fétiche : l’antihéros asocial, en marge de la réalité de son époque. Cocasse, drôle, d’une virtuosité linguistique qui nous rappelle Woody Allen ou John Kennedy Toole. Une santé de fer ausculte l’absence de père et décrit les atermoiements d’un vieux garçon en tous points inadapté au monde extérieur. Savoureux !!!

Leave a Reply