Les Mangeurs d’argile, Peter Farris

Avec un titre comme celui-là, on ne sait pas trop à quoi à s’attendre… Alors on lit les premières lignes, et on est aspiré, emporté par cette histoire, aux côtés de Jesse, 14 ans, dont le monde vient de s’écrouler suite au décès de son père et qui ouvre les yeux au fur et à mesure. C’est un roman noir qui dresse un portrait plus que terrible de l’Amérique profonde, de la cupidité, de la manipulation, de l’hypocrisie. On sort de cette lecture comme sonné, avec l’impression d’avoir visionné un bon polar de cinéma, au suspense réussi, avec des personnages hauts en couleurs. Et comme toujours chez Gallmeister, la nature, omniprésente, hallucinante, enchanteresse. Génial !!!

Leave a Reply